Blogue

Peut-on brûler une maison?

Vous allez brûler votre maison qu’il m’a dit…
Mais au juste qu’est-ce que c’est? Est-ce vrai?

Non ce n’est pas un incendie! C’est une expression répandue dans le domaine de l’immobilier qui veut dire qu’une maison va devenir impossible (ou presque) à vendre si elle est exposée sur le marché trop longtemps. Non ce n’est pas un mythe ou une légende urbaine.

En immobilier, il faut réunir les 4 conditions suivantes pour espérer vendre une propriété dans un délai raisonnable : une propriété en bon état, demander le bon prix, utiliser la bonne méthode de mise en marché et avoir un marché favorable.

D’un secteur à l’autre, le marché est différent. Dans certains quartiers à certaines périodes de l’année, c’est l’acheteur qui est favorisé. Il y a beaucoup de propriétés similaires à vendre en même temps. Le vendeur devra alors être plus compétitif dans son approche ou il devra se montrer plus patient. Dans d’autres secteurs, c’est le contraire, le marché favorise le vendeur. Les délais pour vendre une propriété seront alors plus courts et les prix de vente sont généralement à la hausse.

Alors qu’est-ce qu’un délai raisonnable? Afin de le déterminer, rien de mieux qu’une approche rationnelle basée sur des faits. La Fédération des chambres immobilière du Québec publie régulièrement des statistiques au sujet des propriétés à vendre et vendues. Ces rapports sont disponibles sur le site de la FCIQ. La fédération compile, par trimestre et par secteur, l’activité sur les propriétés qui ont été mises en marché ou vendues à l’aide d’un courtier immobilier. Ce site renferme une foule de statistiques et d’informations pertinentes lorsque vient le temps de déterminer un délai raisonnable pour vendre une propriété. Vous l’aurez compris, le « délai raisonnable » peut varier d’un secteur à l’autre. Afin d’établir un objectif, il faut savoir dans quel type de marché se trouve la propriété (marché d’acheteur, de vendeur ou équilibré). Ensuite, nous allons regarder les délais moyens des ventes de propriétés similaires dans le même secteur que la propriété qui sera à vendre. Question de faire preuve de bon sens, il faut ajouter un délai au délai moyen. Il ne faut pas tenir pour acquis que le délai moyen indiqué sera juste. Il s’agit d’une moyenne…

Lorsqu’un acheteur entreprend ses démarches pour trouver une propriété, il peut s’écouler plusieurs mois, parfois même des années avant qu’il fasse une offre. Comme il s’agit d’une décision émotive, la recherche d’une maison commence souvent tout bonnement en discutant avec son conjoint(e) un beau soir. On regarde des maisons qu’on aime et le projet se concrétise. S’en suivra une tonne d’étapes qui seront souvent effectuées dans le désordre: préqualification, rencontre d’un courtier, visites de quartiers, visites de propriétés, offres, etc. Devant composer avec les aléas du quotidien et les horaires chargés, il peut s’écouler beaucoup de temps avant qu’un acheteur en arrive à faire une offre. Comme c’est la transaction d’une vie, cela mérite de prendre le temps de bien faire les choses. Certains devront remettre leur projet à plus tard. Ce non sans avoir déjà passé au peigne fin ce que le marché a à offrir. Il n’est pas exceptionnel de voir un acheteur prendre entre 3 et 6 mois pour trouver une propriété à son goût. D’autres prendront même des années. Évidemment ce n’est pas généralisé, mais c’est une réalité pour certains acheteurs.

En laissant sa maison sur le marché pendant longtemps, le vendeur peut croire, à tors, que le marché rejoindra le prix demandé afin qu’il obtienne ce qu’il veut pour sa propriété. Or, souvent l’on obtient l’effet contraire. On a plus de chance de vendre une propriété dans les 60 à 90 premiers jours. Par la suite, les chances de vendre vont baisser au fur et à mesure que les journées avancent. Les « pas pressés d’avoir une offre » finissent souvent par devenir des prix réduits…

Alors que se passe-t-il lorsqu’on laisse sa maison à vendre pendant longtemps? Les courtiers qui travaillent avec des acheteurs et les acheteurs qui sont en mode recherche depuis un bon moment commenceront à se poser des questions au sujet de votre propriété:

1. Est-ce que le prix demandé de cette propriété est trop haut?
2. Est-ce que la propriété est en bon état? Est-ce que le vendeur cherche à se débarrasser d’un problème?
3. Certains acheteurs pourraient être tentés de tirer profit de la situation au moment de la négociation.
4. Certains acheteurs craintifs n’oseront peut-être même pas visiter la propriété en faisant la supposition que la propriété pourrait avoir des problèmes.

Les acheteurs sont de mieux en mieux outillés pour faire leurs recherches et les courtiers qui travaillent avec des acheteurs scrutent quotidiennement internet à la recherche de propriétés pour leurs clients. Ils utilisent de puissants outils pour analyser le marché.

Certes il faut parfois se montrer patient avec la vente d’une propriété, mais rien ne vaut un prix juste et une mise en marché efficace. Et pensez-y un peu, le temps économisé c’est de l’argent aussi!

Nicolas Montmorency